juil
22
2010
0

Les Survivants de la Bikin

img_3567

"Xhatal" traditionnel

img_36611Nous voila donc a Krasnii Iar, sur cette ” falaise rouge” (a cause de la couleur de la terre, ou des sovietiques de l’epoque pour quoi chaque nouvelle creation ne pouvait etre que rouge) au dessus de la Bikin, ou se sont refugies Udeges et Nanai, annuellement assaillis par les crues de la riviere lorsqu’ils vivaient de l’autre cote du pont… Depuis l’epoque ou tout leur peuple nomadisait le long de la Bikin par petits clans, d’autres “fleaux” sont apparus… (russes ukrainiens, sovietiques, commercants chinois, defricheurs, constructeurs de route, exploitants forestiers…)  refaisant d’eux des sedentaires, pour la plupart concentres dans ce village multi-ethnique livre a lui-meme.

Qui sont alors les Udeges d’aujourd’hui? Malgre le mixage ethique, les livres disent “2000″. (le chiffre a aoudainement augmente lorsque le gouvernement a bien voulu offrir quelques privileges aux peuples minoritaires). Mais plus personne quasiment ne parle la langue, homis quelques ferus Japonais qui viennent regulierement l’etudier, a la recherche de leurs propres racines. Les danses et les costumes ne survivent que pour la fete des peuples indigenes du 9 aout. Certains vieux se souviennent de leurs fetes de saison, celle de l’automne surtout ou on servait de grands banquets garnis de lard d’Ours et de baies. Quant a la spiritualite “paienne”, elle img_3683s’est transformee en une vieillerie incomprise des moins de 40 ans. Comme partout ailleurs, la necessite de survivre dans un monde chacal pousse les gens a la recherche constante d’argent. Mais comme a Krasnii Iar ca ne court pas la rue, la premiere des chose, c’est se nourrir.

img_3676 p10300381

Et pour ca, pour eux et leurs enfants, il y a la riviere Bikin, et sa taiga encore vierge. De nombreuses fois on a tente de les deposseder de leur plus precieuse richesse mais ce n’est pas encore fait… ici survivent encore chasseurs pecheurs et cueilleurs. C’est la Taiga et la Bikin qui font d’eux ce qu’ils sont. Et Udege veut bien dire “Les gens de la foret“.

Ecrit par Asso Kernunos in: Primorie | Mots-clefs :, , , , , , , , ,
juil
01
2010
0

Guyane Russe

Rafik, Azeri d'Oussouriisk

Rafik, Azeri d'Oussouriisk

"Plantage" de la tente dans "la cour"

"Plantage" de la tente dans "la cour"

A la frontiere Chinoise, on nous oblige a grimper dans un de ces bus russes qui passent les faiseurs mensuels de bonnes affaires. Le no-mans-land a traverser sont 15km en pleine montagne toute verte d’une epaisse foret. Dans le bus une dame nous invite au Bania, un type nous file son adresse a Seattle, au poste un douanier s’emporte en rigolade, au village suivant un jeune gars nous offre des concerves lestees d’un bon kilo de sucre…A Oussouri c’est Rafik qui nous accueille, malgre ses 5 enfants, son manque de place, et sa pauvrete pecuniere. Pour la route, lui et sa femme nous offre un poulet entier bouilli, et des patates. Ils nous auraient presque bordes comme pour leurs propres enfants.

On retrouve grands gaillards blonds et cantinieres maternelles (celles-la nous offrent du Bortch), bouffe de base (avec mayonnaise) et magasins degarnis (avec Pain et beurre, ce qui n’est pas negligeable). On retrouve surtout cette immensite de nature laissee a elle-meme. O comme ca fait du bien d’embrasser du regard des espaces verts, des collines aux formes normales, et de l’eau qui en coule… Encore une fois, le contraste avec la Chine nous rappelle que l’etat de l’environnement est directement lie a la volonte politique du pays.

p1030021La route qui mene a Ussuriisk est infestee de militaires. Chars, Kamaz verts, helicos… qui a notre grande surprise, nous doublent sans klaxonner. La Primorie nous fait penser a la Guyane, version Russe: dans les annees 30 ce sont bagnards et aventuriers volontaires qu’en a envoyer defricher et construire les villes, essentiellement destinees a heberger ouvriers forestiers et militaires. La foret de la primorie, avec ses chenes a larges feuilles, ses Pins de Japon, ses noyers de Mandchourie, est la plus riche de toute la russie. 15 ans ont suffit pour qu’elle soit completement exploitee autour des axes de circulation.

p1030013

Sieste-camoufflage anti-moucherolles

p1030025 p1030001

p1030031p1030033350km plus au nord on bifurque sur une piste. Une armee de taons nous escorte (chacun la sienne). On traverse une premiere fois la riviere Bikin. C’est en remontant sa rive que nous esperons rencontrer les heritiers des Udeges et des Nanais, les dernieres chasseurs-pecheurs des forets de la Primorie. Si la piste existe encore, c’est pour la derniere entreprise forestiere rescapee (sur 6 ou 7 de l’epoque). 80km de montees et de descentes plus loin, aux portes du village de Krasnii Iar, nous rencontrons notre premier “Dersou Uzala”, qui nous offre un bout de gibier congele (mais aussi du poisson frit tout frais sorti de la riviere, une bouteille de lait, des spirales anti-moustique, de la vodka et des sirniki). La bete d’ou provient le gibier a un nom de bison, depasse la taille du cerf, mais pas celle de l’Elan. Quant aux animaux specifiques de la region, l’un a un visage de lievre sur un corps de chevreuil, et l’autre, s’appelle le Tigre, evidemment. (Ca ressemble completement a de la fantasmagorie Chinoise, tout cela!!)

Liosha et Kolia sont forestiers. Leur base jouxte celle des Chinois. Tous nous le disent, aussi riche soit-elle, la Primorie est bientot toute deplumee. La ou des forets incomparables abritaient des betes fabuleuses, il ne reste plus que des marais , bons a planter du riz… Mais Chinoiseries que tout cela…

Ecrit par Asso Kernunos in: Primorie | Mots-clefs :, , , , , , , , ,
juin
06
2010
0

En images…

p1020887

… histoire de vous epargner des ambiances sonores: le pays du milieu, c’est surtout l’empire du BRUIT. Visas russes en poche, nous reprenons le pedalage intensif en direction du nord-est, a travers les provinces de Mandchouries, qui s’averent un petit peu plus “nature” que celle de Mongolie Interieure. Petit florilege d’images pour mieux extrimer les contrastes internes de ce pays en bouleversement…

p1020801 p1020810 p1020827 p1020830

p1020903 p1020814 p1020818 p1020833

p1020881 p1020896 p1020837

p1020911 p1020923

p1020946 p1020966

p1020819p1020912Et puis malgre la peur suscite par les lois concernant les etrangers (TOUJOURS cette interdiction de resider dans de petits hotels chinois), nous faisons enfin plusieurs rencontres de gens avenants, le temps d’un repas, d’un petit repos, ou d’une reparation… Notre premiere pangyo (amie) nous demande meme de l’appeller une fois revenus chez nous, pour qu’elle soit rassuree. Partout ou nous nous arretons, en 3min une foule compacte de curieux s’amasse. Les femmes de 50 ans n’hestient pas a toucher Marilia, de gestes maternels bienveillants.

p1020865p1020860p1020969Un groupe de cyclistes organisent toute une rencontre aupres du directeur de leur centre sportif, avant meme que nous soyons au courant. Ils viendront en velo a notre rencontre, et nous pousseront pour arriver plus vite au repas de frites au sucre, omelette, poisson et soupe de fruits, servi sur table tournante. La derniere rencontre sonne comme un au-revoir de bon augure: le jour meme de notre passage en russie, nous croisons LE velo-routard national, 61 ans, celebre dans tout le pays pour faire un pelerinage par an d’une frontiere quelconque au Tibet.

Enfin, les derniers jours de pedalage nous font traverser des montagnes boisees, qui nous donnent un petit apercu de ce qui nous attend, de l’autre cote… p1020979Nos connaissances en botaniques sont trop maigres pour savoir nommer tous les arbres que nous rencontrons, alors on les invente: il y a le chene a larges feuilles, le bouleau a larges feuilles, le noyer a larges feuilles et a longs (tres longs) chatons, le noisettier a larges feuilles, etc… et meme un individu tout special: “l’arbre a pluie”!!! Il faisait grand ciel bleu, pourtant, mais des gouttes perlaient en dessous. Les sous bois sont tous parcourus (RIEN, ici, ne se perd) pour du bois mort ou la recolte des pousses de fougeres, ensuite vendues en salade dans les petits restos.

C’est apres 2200km en 20 jours (les montagnes deja russes de la chine  nous vaudront quelques douleurs articulaires…) que nous quittons la Chine (le 31 mai), pour retrouver de vieilles connaissances russes… les moustiques! (qui prennent bien soin de ne pas traverser la frontiere…)

Ecrit par Asso Kernunos in: Chine, Non classé, Trucs de saison, Velo | Mots-clefs :, , , , , ,
juin
03
2010
0

Pour mieux comprendre la Chine (???)

img_3537Christine et Steven vivent en Chine depuis 11 ans. Ils ont vu des tas de Houtong, (ces petits quartiers aux rues archi-etroites qui donnent l’impression d’etre de retour dans le “tiers-monde” alors que juste derriere se trouve l’enorme avenue rutilante des batiments vitres et modernes), se faire detruire pour etre remplaces par des batiments enormes. Ils ont vu Shangai passer en un clin d’oeil d’une ville horizontale a une ville verticale.  Ils ont vu l’explosion economique bouleverser le pays, jusqu’a aujourd’hui encore, ou le taux de croissance atteind 8%!  Nous rencontrons un bon nombre de francais et autres occidentaux, entrepreneurs ou salaries, venus y faire leur ble. Des quartiers d’affaires se constuisent, et dans LA capitale DU pays du velo, 3000 voitures sont vendues par jour! (equivalent a 9km de bouchons). Train d’enfer…

p1020760

trouvez l'erreur

Et pourtant, il y a a peine 35 ans, pas un etranger ne pouvait circuler en Chine librement. Pas une entreprise etrangere n’y etais implantee. A cette epoque, Mao etait encore vivant, et si il voyait tout ca, il se retournerait plus de 3 fois dans sa tombe…

Mao. Un homme qui a tenu entre ses mains le destin d’un milliard de personnes formatees a sa propre pensee. C’est carrement dingue. Avant les communistes, les Mandarins refusaient le progres industriel pour ne pas risquer de deranger les esprits de la Nature. Par la folie d’un seul, des millions de gens se mettent a creuser des mines de charbon a la maiun pour chauffer des fours dna le but d’augmenter la production nationale d’acier par 2. Sortir le pays du moyen age, le faire reconnaitre internationalement, tel est le but. Ce “grand bond” entraine une famine de 38 millions de victimes. Tous les oiseaux sont chasses (pour augmenter les rendements de cereales). Tous les arbres sont coupes. Pendant la revolution culturelle, ce sont les “4 vieilleries” que l’on eradique: les vieilles cultures, les vieilles habitudes, les vieilles pensees, … (l’autre je me rappelles plus). De leurs propres bras les “gardes rouges” detruisent les temples et tous les objets de leur propre culture Chinoise. Ils denoncent leurs propres parents, lynchent leurs propres dirigeants… Encore aujourd’hui, les gens ont peur des autorites, des lois, des etrangers… Apres tout cela, l’effet Mao a ete evalue positif a 70%. L’affaire est classee, et on en parle plus. Nous rencontrons peu de jeunes chinois ayant un avis critique sur leur pays, ou ayant un avis tout court. Les tabous persistent, peut-etre parce que les situations critiques sont toujours aussi nombreuses, surtout en ce qui concerne l’ecologie…

img_354190% des nappes phreatiques sont polluees. 45% du littoral vide de son poisson. Atmosphere bombardee de charbon. Des villages entiers de cancers se declarent. Dans certaines villes industrielles, le ciel est rouge jours et nuit, et l’air irrespirable. L’exemple concert le plus colossal: le barrage des 3 gorges, au sud du pays. Equivalent a 6 centrales nucleaires, question production d’electricite. Mit en marche en 2009, la constuction bouge deja. Elle serait responsable du recent tremblement de terre juste au nord (a cause du poids de l’eau retenue), et de la secheresse qui concerne actuellement 60 millions de personnes, en aval. Une jeune Chinoise nous avoue sa tristesse: “Les jeunes Chinois ne VIVENT pas. Si la vie c’est l’eau, l’air, la terre (tel le dit la pensee traditionnelle chinoise), alors ils sont deja morts. Ici, il n’y a plus ni eau, ni air, ni terre…”

Elle nous organise un interview avec la radio nationale chinoise. Apres tout ca, quand on nous demande “quelles sont vos premieres impressions sur la chine”, on a pas pu s’empecher de dresser un tableau bien noir. Si l’interview passe en entier c’est que la Chine fait de gros efforts en matiere de liberalisation des medias et des idees. En tous cas, tous nous disent qu’elle fait effectivement de gros efforts en matiere d’environnement. Mais malgre les campagnes de replantation massives, le desert avance sur Pekin…

Ecrit par Asso Kernunos in: Chine | Mots-clefs :, , , , ,
mai
04
2010
0

Première (1)pression

nouvelle ville "champignon"

nouvelle ville "champignon"

Carrière

Carrière

Traverser la Mongolie Intérieure sur cette route n’est pas la meilleure introduction que l’on puisse faire. Peut-être la pire. Mais c’est peut-être la manière la plus radicale de prendre conscience des dualités chinoises. Mais avant d’y comprendre quoi que ce soit, on pédale vers Pékin, éberlués, hallucinés (et tristes aussi parfois) à voir l’usage que les Chinois font de la terre.

p1020677

"Prière de ne pas écraser la petite souris rouge qui se faufile au milieu..."

Après le Gobi libre des steppes, des clotures réapparaissent, parquant quelques rares animaux ayant le privilège de vivre dehors. Ici on replante à tous les étages, de plantes basses a des arbres déjà hauts pour lutter contre l’avancée du désert et l’ensablement des routes. Pendant 2 jours un vent de opussière nous fouette le visage, qui nous ensable narines, yeux et oreilles  à cause surtout des innombrables pelleteuses de chantier remuant partout les sols. Partout des mines de charbon, de gravillons, etc… rongeant les montagnes. Sur la route des files compactes de camions de charbon passent en klaxonnant, de quoi nous faire monter en pression même s’il s’agit d’encouragements. On finit par leur gueuler dessus, mais eux sont déjà loin, et loins de pouvoir nous entendre.

p1020675

petit paysan avec sa vache et sa mule

A coté de ça les paysans travaillent encore tous à la main. Une pelle, un soc tiré par une vache. Mais ils sont tellement nombreux, qu’ils parviennent encore à cultiver d’étroites bandes de terre soit au bord de la route, soit perchées sur des terrasses de la montagne. Ce qui est sûr: pas une parcelle de liberté, de respiration, de “propreté”. A force on se croirait presque “hors sujet”: de la nature vierge, en Chine, ce n’est plus à l’ordre du jour depuis déjà une bonne centaine d’années. Par contre en ce qui concerne la relation que les Chinois ont avec leur environnement, même si pour l’instant on les voit vivre dans de véritables cloaques, et tout bouffer de la matière donnée par la terre, on comprendra mieux plus tard l’aspect critique de la situation…  

p1020682

p1020701

Vue de la fenêtre de la chambre d'un petit hôtel routier, qui lui ne nous a pas "dénonçé" à la police locale... Et puis à voir comment on était couverts de boue, y'avait bien que lui pour nous accepter!!

Pour finir sur ces premières opressions, il y a les lois chinoises qui nous obligent à sormir dans des hôtels habilités à recevoir des étrangers. Quand on est allé demander l’hospitalité, personne ne nous a comprit (semble-il), et on a plutôt eu l’impression de leur poser problème. La solution pour que la situation revienne à sa “normalité”, c’est d’appeller la police (très charmante cela-dit), qui nous accompagne là où notre “cathégorie” peut être “casée”.

Heureusement, d’autres nous ont parlé selon leur propre coeur, d’autres nous ont offert un peu d’eux, sans trop se compliquer la vie…

Ecrit par Asso Kernunos in: Chine | Mots-clefs :, , , , , , ,

Propulsé par WordPress | Site internet/Graphisme :Potager graphique | Template : TheBuckmaker.com